Monde sous mes yeux tu n’est plus

Monde sous mes yeux tu n’est plus

Le monde

Monde aveuglé par ce qui brille, on ne peut voir les présages de ce monde.

Peu importe qu’on me comprenne ou pas.
J’ai voulu touché les étoiles d’un peu trop près.
Je n’étais pas prête et je crois que je me suis brûlé les ailes.
Alors je suis partie affronter mes peurs à la belle étoile.

 

La nature ma pris dans c’est bras, elle m’a guérie.
Seul avec moi-même à méditer pour apaiser ma peine.
Parce que cette société est mal saine, t’écrasera si tu te perds, te regardera toujours de haut.
Les gens qui s’aiment se taisent, se détestent, perdre leurs temps dans les conflits sans valeurs.
La conscience n’est plus ici-bas.
Tout les gens ce crois juge et bourreau.
Je n’obéis pas à cet état de fait.
Je suis née dans ce monde, pour le dénoncer.
J’attire les foudres, parce que j’écris et m’exprime sur l’effondrement de toute une civilisation.
Alors j’écris entre les lignes, sans chercher à me faire comprendre.
J’ai grandi trop vite, j’ai compris les choses avant l’heure.
C’est pour ça que je rejette la vie d’adulte.
L’âge n’a jamais fait la maturité, c’est lorsque tu dépasses un certain stade que tes yeux vois enfin le vrais monde.
Je te salut, toi qui regarde le même décor que moi, éternel et éphémère ce qui était ne sera plus.
Héritiers d’une parole, d’un esprit qui me dépasse sans contrôle.
Je suis ni un messager ni un pourvoyeur de paroles.
Je m’efforce de penser sage même dans l’amertume de cet univers.
La guérison vient du pardon, car le monde ne changera pas pour moi ni pour quelqu’un d’autres.
Il me reste juste à le regarder d’en bas même s’il m
e prend de haut.
Alors n’insulte jamais tes rêves et tes espoirs, car c’est tous qui reste pour te garder en vie.

Source Poésie et Poème